Annonce de la NASA [22/02/17]

Mercredi dernier, soit le 22 février 2017, la NASA a organisé une conférence de presse afin d’annoncer au monde entier la récente découverte d’un système solaire possédant 7 planètes similaires à la Terre. Cet article vous informera des caractéristiques de cette région céleste, et tentera de répondre à tous vos questionnements sur la signification de cette trouvaille.


Le système solaire qui a été découvert se nomme TRAPPIST-1 et se trouve à 39 années lumière de notre planète. C’est une distance relativement petite : cette région est assez proche pour qu’il soit possible de bien analyser et comprendre sa composition, mais avec nos moyens de transport actuels, cela prendrait des millions d’années à l’humain pour s’y rendre. Plus de précisions plus bas dans l’article sur nos options de déplacement. Si vous êtes armés d’un télescope, dirigez votre attention sur la constellation du poisson — c’est là que TRAPPIST-1 se situe !

Pourquoi le système solaire porte-t-il ce nom ? Parce qu’il a été d’abord découvert en 2015 par un télescope belge nommé TRAPPIST, acronyme pour The TRAnsiting Planets and Planetesimals Small Telescope.


ÉTOILE

Commençons par décrire l’étoile de ce système solaire : il s’agit d’un petit soleil à peine plus gros que Jupiter. La circonférence de l’étoile du système TRAPPIST-1 est de 162 793 km, tandis que celle de Jupiter est de 139 822 km. Pour une meilleure représentation visuelle, étudiez l’image qui suit : on y compare de façon précise les différences de taille entre Jupiter, le soleil TRAPPIST-1 et le Soleil de notre système solaire. On peut également y retrouver les lunes de Jupiter, quatre planètes — Mercure, Vénus, la Terre, Mars — et les 7 exo-planètes récemment découvertes.

L’étoile de TRAPPIST-1 est beaucoup plus froide que notre Soleil et se range dans la catégorie des étoiles naines ultra-froides (température inférieure à 2700 kelvins). La surface de notre Soleil est de 5750 kelvins, et celle de TRAPPIST-1 est de 2550 kelvins. Il est estimé que son âge est d’un peu moins de 500 millions d’années.


PLANÈTES

7 planètes vivent à des distances très rapprochées de cette étoile. Puisqu’elle est de petite taille, que son éclat est 2000 fois moins brillant que celui du Soleil et que sa masse est 12 fois plus petite que celle de Jupiter, l’impact sur leur composition n’est pas aussi brutal que celui de notre Soleil sur Mercure.

La distance entre les planètes et leur étoile est si petite qu’elle peut être comparée à celle de Jupiter et de ses lunes : rejoindre Jupiter à partir de Callisto, sa lune la plus éloignée, prendrait le même temps que se rendre de la planète B jusqu’à l’étoile TRAPPIST-1. Cette image illustre parfaitement l’espace minime qu’utilise ce système solaire :

Cette proximité entre les 7 planètes et leur étoile engendre plusieurs impacts.

  • Puisque l’étoile n’est pas très chaude, 3 des 7 planètes sont à une position idéale pour accueillir l’eau — et donc peut-être de la vie — sur leur surface.
  • Les planètes ne mettent que quelques jours (de 1.5 à 20 selon leur position) à faire un tour complet de leur étoile. Dans ces mondes éloignés, les années sont très courtes.
  • En se tenant sur la surface d’une de ces planètes, il est possible de voir les 6 autres dans le ciel, et pas comme on voit ici Mars ou Vénus : les planètes apparaissent d’une taille 2x plus large que la lune dans notre ciel.

Jusqu’à présent, nous ignorons si les planètes tournent sur elles-mêmes (comme notre Terre), ou si elles sont prisonnières d’une rotation synchrone qui les forcent à exposer constamment le même côté à la chaleur de leur étoile (comme notre Lune). Ce deuxième scénario est le plus probable, considérant que les planètes sont très proches l’une de l’autre et subissent une grande influence gravitationnelle capable de les empêcher de tourner. Si c’est bel et bien le cas, les chances qu’il y ait une région habitable sur l’une de ces planètes pourraient encore exister au niveau de leur équateur vertical : les deux climats seraient mélangés, ce qui laisserait l’opportunité aux organismes vivants de se manifester.


S’Y RENDRE ?

Le système solaire TRAPPIST-1 se trouve à 39 années lumière de la Terre. Dans l’immensité de l’espace, ça équivaut à habiter dans le même immeuble. Malheureusement, l’humain n’a pas encore développé d’ascenseur capable de se déplacer à la vitesse de la lumière… et nous sommes encore très loin de l’avoir fait. Le Voyager 1, la sonde ayant traversé la plus grande distance depuis le début de notre conquête de l’espace, n’est actuellement qu’à 19 heures lumière de la Terre, et ce même après 40 ans de voyage (lancée en 1977). Si nous développions une technologie capable d’atteindre la rapidité de la lumière, nous pourrions rejoindre ce système en 39 ans seulement.


OBSERVATION

Le télescope Spitzer est spécialement dédié à l’observation de TRAPPIST-1 depuis un mois et le sera encore pour  quelques semaines. Cette attention particulière vise à déterminer la composition des 7 planètes, puisqu’il est possible de déterminer leur atmosphère en étudiant la diffraction des rayons lumineux causée par le passage de l’étoile derrière les planètes. Selon les variations de la lumière, on peut déterminer quels éléments les forment. C’est un processus qui oblige une observation très attentive des détails.

Un télescope nommé James Webb Telescope sera introduit en 2018 et possédera les outils pour découvrir les gaz des planètes qui pourraient indiquer une présence de vie : l’oxygène, le carbone, etc.


Cette découverte n’exerce pas d’impact très important sur notre vie de tous les jours, mais elle pourrait devenir un élément clef pour notre avenir si une présence de vie y était détectée. J’espère que les mystères de ce système solaire motiveront les scientifiques du monde entier à élargir nos tentatives d’exploration spatiale. Il est peu probable que je sois encore vivante lorsqu’il sera possible de s’y rendre, mais si, par chance, je tiens encore debout… Qui vient avec moi ?

Cet article a été rédigé avant la diffusion de l’épisode de « Tout le monde en parle »

3 réflexions au sujet de « Annonce de la NASA [22/02/17] »

  1. Beau résumé de tout ça, joliment expliqué !
    Ce système m’intrigue à mort aussi ! J’espère que des résultats plus précis pourront être apportés dans les mois / années à venir !

Répondre à Kentin Annuler la réponse.