Avez-vous oublié ces règles de français ? (4ème édition)

La série Avez-vous oublié ces règles de français ? cherche à clarifier les règles et les nuances de notre langue française. Cette quatrième édition se concentrera sur les synonymes :

  • Un restant ou un reste ?
  • Proche de ou près de ?
  • Investiguer ou enquêter ?
  • Embûche ou embuscade ?

Cliquez ici pour lire les éditions précédentes.


1. Un restant ou un reste ?

Un restant et un reste ont pratiquement la même signification et la même utilisation. Si le mot « restant » est souvent employé pour parler de choses matérielles, cela ne l’empêche pas de pouvoir également remplacer le nom « reste » dans toutes les autres circonstances.

Ainsi, pour ce qui est de l’expression « […] pour tout le reste/restant de ma vie », les deux versions sont acceptées. Choisissez celle qui vous convient le mieux !


2. Proche de ou près de ?

    • Le mot « près » est un adverbe invariable.
    • Le mot « proche » est un adjectif variable.

Afin de bien comprendre la différence entre ces deux termes, comparez-les avec leur équivalent : loin (adverbe invariable) et éloigné (adjectif variable).

Dans les cas où le verbe être est employé, « près » et « proche » sont tous les deux acceptés. Autrement, ils ont deux utilisations particulières :

    • Près exprime la proximité physique, dans l’espace.
    • Proche exprime la proximité mentale, affective ou intellectuelle.

Il est donc possible pour deux inconnus d’être près l’un de l’autre dans le métro sans être proches l’un de l’autre, car ils ne se connaissent pas personnellement. À l’inverse, on peut être proche de quelqu’un sans être près de lui, comme c’est le cas avec les amitiés ou les relations à longue distance.

Exercices :

  • INCORRECT : « Nous sommes allés trop proche de la limite. »
  • On parle d’une proximité strictement physique, alors « près » doit être employé.

  • CORRECT : « Sa mère est très proche de la mienne.
  • Avec le verbe être, « proche » et « près » sont tous les deux permis.

  • CORRECT : « Elle s’assoit près de moi. »
  • Proximité physique, « près » est donc le bon mot.

3. Investiguer ou enquêter ?

Le mot « investiguer » est-il un anglicisme ? Devrait-on le remplacer par « enquêter ? » Il est difficile de répondre à cette question par un oui ou un non. Cette règle possède une nuance assez subtile :

    • Investiguer équivaut à faire une recherche minutieuse et attentive.
    • Enquêter équivaut à faire ou conduire une enquête.

L’investigation peut donc faire partie d’une enquête, mais n’en est pas une en elle-même. Cette différence peu évidente provoque de nombreux cas où le verbe « investiguer » remplace à tort le verbe « enquêter ». On pourrait considérer ces erreurs comme un anglicisme, mais le mot « investiguer » est bel et bien français alors ce n’en est pas un officiellement. Cependant, le Petit Robert précise que le mot est né sous l’influence de l’anglais.

Voici une phrase qui aide à bien saisir la différence entre ces deux mots :

« Il est nécessaire d’aller investiguer sur le lieu du crime pour faire avancer l’enquête. »


4. Embûche ou embuscade ?

Il est facile de croire que ces deux mots désignent la même chose. Néanmoins, leur définition n’est pas synonyme à coup sûr.

    • Embuscade désigne un lieu caché où l’on attend des ennemis en déplacement pour les attaquer.
    • Embûche désigne un piège tendu à quelqu’un, une machination secrète pour lui nuire, des obstacles placés volontairement.

Une embuscade est donc une embûche, mais une embûche n’est pas catégoriquement une embuscade. À moins de parler avec assurance d’un lieu où prend place une attaque surprise, il est plus sûr d’employer le mot « embûche » pour nommer un piège.


Y a-t-il une règle qui vous fait souvent douter ?

Partagez-la dans un commentaire et je l’inclurai dans la prochaine édition !

2 réflexions au sujet de « Avez-vous oublié ces règles de français ? (4ème édition) »

Répondre à Nancy Mc Cready Annuler la réponse.