Un an sous le ciel

Le 29 août 2016, j’ai décidé que j’allais publier à toutes les semaines sur ce blog : peu importe les circonstances, chaque mercredi devait désormais être accompagné d’un nouvel article. Je savais que ça n’allait pas être une tâche facile à long terme. Je suis une grande victime de la page blanche, et au fond de moi, j’ai toujours cru qu’elle finirait éventuellement par me rattraper. Mais malgré toutes les soirées où j’ai dû me fracasser le crâne pour en sortir une idée, je n’ai jamais encore perdu face à elle.

Je célèbre aujourd’hui la première année de sousleciel.ca.

Continuer la lecture

Un an d’écriture

Le 2 mai 2016, j’ai pris la décision d’écrire à chaque jour. Peu importe ma santé, mes occupations ou mon emplacement, je devais désormais terminer la journée avec quelques centaines de mots écrits quelque part. Bons ou mauvais ? Ça n’était d’aucune importance. Il fallait simplement que j’intègre l’écriture à ma routine quotidienne.

Par le passé, je m’étais souvent fait la promesse d’adopter un horaire d’écriture structuré et fructueux. Je réussissais chaque fois à remplir ma tâche pendant deux ou trois jours, puis je lâchais. Pas parce que je n’aimais pas écrire, mais parce que je n’aimais pas ce que j’écrivais.

En prenant la décision d’écrire à chaque jour, je savais donc que si j’espérais une qualité littéraire constante, mon défi ne rencontrerait aucun succès. Je m’y suis donc lancée sans grandes attentes. Je me disais que si je m’arrêtais après une seule semaine, au moins ce serait 7 jours d’écriture de plus dans l’année.

Aujourd’hui marque le 366ème jour consécutif où j’ai écrit.

Continuer la lecture

Les origines de « Sous le ciel »

L’envie de créer un blog me suit depuis plusieurs années. J’ai tenté l’expérience de nombreuses fois avant celui-ci, mais à tous les coups, le moment d’officialiser mon projet venait sans que je ne réussisse à trouver le courage de dévoiler mes textes à un regard autre que le mien. Heureusement, j’ai éventuellement commencé à combattre ma honte d’écrire, et avec une aide incroyable de mon père — merci à lui — j’ai finalement pu avoir une plateforme sur laquelle j’étais confortable de m’exprimer.

Continuer la lecture