Chronique d’écriture : 4 décembre 2018

Le 1er novembre, presque 500 000 personnes débutaient leur projet NaNoWriMo (mois national de l’écriture d’un roman). J’étais l’une d’entre elles. Aujourd’hui, je vous partage le résultat de ma première participation à cet événement !

À lire : Chronique d’écriture : 22 octobre 2018


LE RÉSULTAT

Du 1er au 30 novembre, j’ai ajouté 10 295 mots au brouillon de mon premier roman.
(En incluant mes autres projets, le total du mois s’élève à 16 211 mots.)

Considérant que l’objectif populaire était de composer 50 000 mots, j’ai à peine atteint le mollet de ce défi. Néanmoins, je me considère tout de même satisfaite de ma performance. J’avais plusieurs buts en m’inscrivant au NaNoWriMo, et je considère les avoir à peu près tous réussis :

  1. Me familiariser avec mon rythme d’écriture.

Pendant le mois de novembre, j’ai suivi le parcours de plusieurs autres écrivains qui participaient également au concours.  Je m’attendais à être plus lente que la moyenne, mais pas à ce point : en quelques jours seulement, ils avaient tous réussi à tripler mon total de mots. J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un manque d’effort de ma part. Investissaient-ils plus d’heures que moi dans leur écriture quotidienne ? J’y mettais déjà beaucoup de temps. Finalement, après les avoir questionnés, j’ai appris qu’en moins de vingt minutes, ils arrivaient à écrire plus de mots que je le faisais en une heure. Ce n’était donc pas une question de motivation, mais bien de rythme. Cette découverte m’a soulagée. À partir de ce moment-là, j’ai continué mon défi NaNoWriMo en cessant complètement de me soucier ou de m’inquiéter de mon nombre de mots. Certains auteurs mettent trois semaines à écrire leur premier brouillon, d’autres trois ans. J’ai accepté mon appartenance à cette deuxième catégorie.

    2.  Explorer plusieurs chemins pour mon histoire.

Dans la chronique d’écriture précédente (lien à la tête de l’article), j’expliquais mon intention de planifier de A à Z mon histoire avant le début du NaNoWriMo. Ce n’est pas arrivé. En m’avançant dans ma ligne du temps, j’ai commencé à avoir beaucoup de difficulté à déterminer la direction précise de chaque événement. Toutes mes idées principales étaient déjà établies, mais je concevais plusieurs chemins différents pour les réaliser. J’ai donc choisi d’utiliser ce mois pour explorer toutes les options possibles sans vraiment réfléchir à leur addition dans l’histoire. Cet exercice m’a aidée à créer et modifier plusieurs éléments de mon roman.

   3.  Développer une routine pour mon roman.

Depuis deux ans et demi, j’écris quotidiennement. Il s’agit d’une routine que je m’impose depuis 946 jours consécutifs. Cependant, ces pages regroupent des dizaines de projets différents, souvent spontanés et aléatoires, mais rarement celui de mon roman. Le NaNoWriMo était donc l’opportunité idéale pour moi de me discipliner afin que mon brouillon avance plus rapidement. Au cours des 30 jours de novembre, il n’y en a eu que deux seuls où je n’ai pas travaillé sur mon histoire — une petite pause pour composer les articles précédemment publiés. J’ai donc réussi à intégrer cet élément à ma routine et j’ai bien l’intention de continuer à le faire même si l’événement est terminé. (En ce 4 décembre, c’est toujours le cas !)


J’ai grandement apprécié ma première participation au NaNoWriMo. Je suis certaine qu’il ne s’agira pas de la dernière. Si vous avez votre propre projet d’écriture en tête, je vous encourage fortement à me joindre lors de la prochaine édition en novembre 2019 !

2 réflexions au sujet de « Chronique d’écriture : 4 décembre 2018 »

  1. Bravo et fèlicitation pour ce beau travail, je suis une amie de ta grand mère Angèle , que de talents dans cette belle famille

Laisser un commentaire