Les racines de mon bonheur

Aujourd’hui, on plonge dans les racines de mon bonheur.

Je me casse la tête depuis des mois sur la façon d’écrire cet article. Parfois je le débute sous le ton sérieux habituel de ce blog, parfois je tente de l’écrire comme si je l’énonçais de vive voix. La pile de brouillons abandonnés derrière moi me dépasse désormais. Je ne sais pas si cet essai-ci est le bon. Mais si ce ne l’était pas, j’imagine que vous ne seriez pas en train de le lire.

Je considère que pour introduire les racines de mon bonheur, il me faut d’abord partager les racines de mon malheur. Ce n’est pas une tâche facile. J’ai toujours reçu un support incroyable de la part de ma famille ainsi que de mon entourage, et je crains qu’on puisse en comprendre le contraire si je ne soigne pas mes mots. Soyez donc assurés qu’à ce niveau, j’ai eu une chance inestimable. Pourtant, cela ne m’a pas empêchée de considérer le monde de façon négative dès un très jeune âge.

J’ai été élevée dans un milieu où j’ai rarement connu la colère, la jalousie, le désir, l’égoïsme. Ils n’y étaient bien sûr pas absents, mais lorsqu’on grandit comme étant la fille de deux moines bouddhistes et qu’on passe ses vacances avec des gens qui vivent de façon similaire, l’exposition à ces émotions-là est plutôt faible. Et ça a d’ailleurs été une bénédiction, car après tout, l’enfant imite ce qu’il voit.

J’ai continué à grandir, et puisque l’âge introduit également la rencontre du monde, j’ai commencé à aller à l’école.

Les premières années n’ont pas été particulièrement difficiles. J’étais peut-être un peu déstabilisée d’être entourée de gens de mon âge (étant habituée à un écart de plusieurs années pendant l’été), mais j’arrivais tout de même à apprécier leur compagnie.

Je pense que c’est à l’âge de mes 10 ans que j’ai ressenti pour la première fois la sensation que quelque chose clochait. Je n’arrivais pas à le qualifier ou même à me l’imaginer, mais une étrangeté était en train de se produire.

Oui, étrangeté, c’est le mot : car mes amis commençaient à avoir d’étranges réactions, d’étranges désirs, d’étranges actions. Je ne comprenais pas pourquoi ils étaient comme ça.

Et eux ne comprenaient pas pourquoi je n’étais pas comme ça. Bon, ça ne les dérangeait pas vraiment. Je n’ai heureusement jamais été jugée pour ma différence.

Mais de mon côté, ça commençait à me démanger. Puis éventuellement à me déranger.

Parce que les gens grandissaient et s’adonnaient à de nouveaux jeux. Ce n’était pas la marelle, ce n’était pas le dessin, pas non plus le UNO. Il s’agissait de jeux de séduction, de jalousie, de vengeance, de colère, de rumeurs, de popularité. C’était très nouveau pour moi. Et plus j’apprenais à le découvrir, plus j’espérais que ce milieu ne me soit jamais familier.

Au départ, j’ai tenté d’oublier cette impression et de m’amuser comme ils le faisaient. Je riais quand ils riaient, je pointais du doigt quand ils pointaient. Mais je n’ai pas pu le supporter très longtemps parce que ça avait un sale goût. Un goût terriblement amer.

Alors, j’ai moi aussi commencé à être amère.

Ce moment a été le berceau de ma haine. Mon esprit a commencé à se remplir de mépris, et mon monde s’est teint de noir.

Cet état m’a suivie pendant des années. J’étais certaine qu’il me suivrait jusqu’à la fin de ma vie. Après tout, j’avais compris que les merveilles que j’avais connues au cours de ma jeunesse n’étaient pas représentatives de l’état du monde entier. Je me sentais comme une prisonnière qui devait se plier aux normes étranges de la société, mais aussi comme quelqu’un qui avait été libéré de toute attache à ce monde.

J’avais donc décidé d’attendre la mort.

Ne me méprenez pas, je n’ai jamais eu l’intention de me faire mourir. Peut-être mes propos vagues ont-ils pu le sous-entendre, mais pour moi ça n’a jamais été une option à considérer puisque j’ai toujours cru en la réincarnation. Si les causes de mon malheur s’étaient manifestées dans cette vie-ci, elles me suivraient de toute façon dans la prochaine ! À quoi bon recommencer à zéro pour rien ?

J’utilisais ce principe de la mauvaise façon, mais il a tout de même réussi à me sauver. Parce que si je n’avais pas été exposée à la mentalité de mes parents tout au long de mon enfance, peut-être n’aurais-je pas réussi à trouver de bouée.


Je crois qu’avec ces informations, vous avez la base nécessaire pour comprendre l’ampleur du changement que j’ai vécu par la suite.

C’est l’heure de vous parler des racines de ma joie. Parce que comme le lotus naît dans la boue, c’est dans la période la plus sombre de ma vie que j’ai pu enfin reconnaître le goût du bonheur.

L’époque en question : février 2013, qui a certainement été le mois le plus éprouvant que j’aie connu jusqu’à présent. Je ne me souviens pas d’une période où j’ai autant souffert. À cet âge-là, je n’avais jamais été très confrontée aux disputes, alors celles-ci m’affectaient toujours beaucoup.

Voici un résumé de la situation :

Mon meilleur ami était en couple avec quelqu’un qui, malheureusement, finit par le tromper. Dans la colère de sa souffrance, il avait convaincu tout notre groupe d’amis de se venger sur l’infidèle en tentant de gâcher sa vie. Puisque l’infidèle avait avoué sa tromperie, s’était excusé et ne se pardonnait pas son acte causé par l’ivresse, je trouvais qu’il était incorrect de s’acharner contre lui. S’il avait été question d’un simple éloignement, j’aurais compris, mais il s’agissait de concentrer nos efforts pour lui faire ressentir une douleur égale à celle vécue par notre ami, et je ne me sentais pas à l’aise de participer à cela.

Puisque j’étais en désaccord avec leur plan, ils ont décidé que l’acharnement allait plutôt se tourner vers moi.

Alors c’est ce que j’ai subi. Harcèlement de mots haineux remplis d’effroyables accusations avec la perte de gens qui m’étaient chers depuis des années.

C’était bien évidemment une situation enfantine, je le vois maintenant. J’ai laissé leurs attaques perdurer pendant des semaines, alors qu’en demandant de l’aide, j’aurais pu raccourcir cette période. Mais je ne l’ai pas fait, et l’impact que ces jours sombres ont eu sur moi a ensuite évolué au-delà de la blessure mentale.

Parce que j’en suis devenue physiquement malade. J’ai fait de la fièvre pendant des jours, j’ai eu des crampes au ventre et j’ai développé des plaques rouges sur l’entièreté de mon corps. Mais ce n’était rien en comparaison avec la santé de mon esprit.

J’ai fini par ne plus le supporter, et je me suis écroulée un soir face à mes parents. Si je ne l’avais pas fait, peut-être aurais-je été une personne complètement différente aujourd’hui.

Cette soirée-là, ma mère a prononcé les mots les plus magiques que j’aie eu l’opportunité d’entendre jusqu’à présent.

« S’il te fait du mal, c’est parce qu’il souffre. »

Cette simple phrase a fait chavirer toutes les certitudes que j’avais acquises. C’était comme si j’avais vécu depuis ma naissance dans une pièce noire et que, par ces quelques mots, on venait enfin d’allumer la lumière.

Je ne pense pas pouvoir un jour arriver à décrire parfaitement la sensation qui m’est ensuite venue. Je venais de basculer dans un nouveau monde. Car le voile qui couvrait ma vision venait de se lever, et je le voyais enfin : tous ces gens qui faisaient du mal, tous ces jeux étranges, tout cela existait simplement parce que les gens souffraient.

C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’aimer tous les êtres inconditionnellement. Pas d’un amour qui désire recevoir de l’attention en retour, mais d’un amour tiré uniquement de la compassion.

Les gens font du mal parce qu’ils souffrent. En les détestant et en les isolant, on provoque les causes pour que leur souffrance perdure, et que leurs actions néfastes continuent elles aussi. Il n’est pas question d’accepter leurs actes, car celles-ci bien sûr doivent être dénoncées. Mais au lieu de considérer une personne qui blesse comme un monstre, j’ai compris qu’il fallait les voir comme un être en train de se noyer et qui, pour seule solution, décide de s’accrocher à quelqu’un d’autre.

Si je le pouvais, je donnerais à ces gens tout le bonheur que j’ai en moi. Parce qu’après tout, s’ils étaient heureux, ils n’auraient pas à faire plonger quelqu’un d’autre.

C’est un amour inconditionnel. Tant qu’on l’adopte, il ne varie jamais, ne s’efface jamais.

Et cet amour est la source de mon bonheur. Peu importe les conditions, si on réussit à concentrer notre esprit sur cet état de compassion, notre chemin trouvera toujours celui de la joie.


Ma mentalité n’est bien sûr pas encore parfaite. Il m’arrive de mettre mon attention sur les mauvaises pensées et d’oublier pendant quelques instants que la seule façon de faire cesser la souffrance connue par ce monde, c’est d’aimer.

Mais dans les moments les plus sombres, dans les épreuves, cet amour inconditionnel a toujours été ma bouée. Grâce à cette compassion, depuis le mois de février 2013, mon esprit n’est plus jamais retourné vers ses sombres habitudes d’autrefois.

Cette souffrance a été ma plus grande bénédiction. Sans elle, peut-être serais-je encore en train de naviguer sur la mer du mépris, sans réaliser que mon bateau est troué.

Merci à ma famille. Merci à mes amis.

Mais encore un plus gros merci à ceux qui m’ont blessée.

16 réflexions au sujet de « Les racines de mon bonheur »

  1. Ping : Lettre à la Mamaki du futur | Sous le ciel

  2. Ping : Le guide de sousleciel.ca | Sous le ciel

  3. Mamaki, tu ne me connais pas, mais j’ai eu l’occasion de lire ton article: BRAVO!
    J’aimerais beaucoup en arriver à cette compassion; cependant, comment faire pour y arriver? Je lis des articles sur le sujet, je réfléchis… je retourne toujours dans mes vieux patterns. Serais-je trop âgée pour corriger 77 ans de vie? Profite de ta jeunesse pour continuer d’éduquer ton esprit et ton cœur dans le sens de cet amour. Je t’envie!
    Madelina.

  4. Wow comme c’est touchant mais tellement vrai, mais quand on regarde avec les yeux du coeur on voit le monde autrement, parce que la vie est belle, Elle m’a pas toujours été comme cela dans ma tête depuis ma petite enfance, je ne comprenais pas pourquoi le monde était méchant à mes yeux et que est-ce que je fessais ici je ne me s’entais pas à ma place sur cette terre . Je voulais seulement allé dans le ciel et en 1970 je voulais rejoindre ma soeur Yolande et plusieurs années on suivi toujours les mêmes pensées mais ils y a seulement quelques années seulement quand moi j’ai travaillé mes souffrances que j’ai compris que je ne suis pas la seule à souffrire mais chaque un à sa façon de réagir t’autre se ferme sur eu même et d’autre sur les autres.Merci cousine de me le confirmer et Bravo ? continue de communiquer la paix et l’amour elle est l’a seulement oublier ?

  5. Je ne sais pas si je dois ressentir de la pitié ou me dire que c’est magnifique. J’ai été tellement emporté par ce que tu as écrit que j’en ai même pas vu la longueur du texte. C’est vraiment fort comme article et je te félicite pour le courage que tu as eu à écrire ceci. J’ai comme tu le sais rarement eu l’occasion de te parler sérieusement (voire pas du tout) et cette histoire m’a vraiment donné le goût de le faire ici. Merci pour ce partage, c’est vraiment un honneur d’avoir lu ça et je te donne toute ma force pour continuer à faire vivre ce ciel ♥

  6. Mamaki, Tu as toujours eu une place spéciale​ dans mon coeur. Tes écrits sont magnifiques! Bises à toi, ton chats et ta famille ?

  7. J’ai apprécié cet article. Toutes mes félicitations. Tu es une personnage sage et brillante. Je t’envoie tout mon amour 😉

  8. Cet article dégage une énorme sagesse.
    Ça m’a particulièrement touché et peut-être que tu sais pourquoi. Je suis en admiration devant ta personne ! Je ne te le dirais jamais assez : tu es un exemple pour tous.

    Un grand merci pour cet article qui donne envie de trouver sa propre façon d’atteindre le bonheur. Je t’aime d’un amour inconditionnel !

Répondre à Mamaki Annuler la réponse.